قال النبی (ص ):
إن لقتل الحسین حرارة فی قلوب المؤمنین لا تبرد أبدا

Le Noble Prophète (que la paix de Dieu soit sur lui et les membres de sa famille) dit : " Assurément, il existe dans les cœurs des Mu'minin (croyants), en respect pour le martyre d'Al-Hussayn (paix sur lui), une ardeur qui ne s'apaise jamais ".
Fait significatif - lorsqu'on sait que la Sunna ou la Tradition sont les paroles, les gestes et le comportement du Prophète (psl) - le Messager de Dieu (psl) le couvrait publiquement de son amour et de sa tendresse, et le portait ainsi que son frère aîné, al-Hassan, contre sa poitrine en exprimant à haute voix, devant ses Compagnons, cet amour paternel généreux:

«Ô mon Dieu! Je les aime et j'aime ceux qui les aiment».

La métaphore suivante en dit long sur l'amour que le Prophète (psl) éprouvait et exprimait pour ses deux petits-fils:

«Mes deux fils que voici sont les deux basilics (que je possède) de ce bas-monde ».

"Al-Hassan et al-Hussayn sont les deux Maîtres de la jeunesse du Paradis"». (selon Abi Sa`ïd al-Khidri, cité par Ahmad ibn Hanbal)".

 Et les propos suivants ne laissent plus de doute sur la portée et la profondeur de cet amour:

«Al-Hussayn fait partie de moi, et je fais partie d'al-Hussayn. Dieu aimera celui qui aura aimé al-Husayn».( Al-Tarmadi, citant Ya`li Ibn Marrah rapporte ce témoignage )

«Celui qui aime al-Hassan et al-Hussayn m'aura aimé, et celui qui les déteste, m'aura détesté».

Propos réitérés et confirmés à maintes autres occasions. Par exemple, lorsqu'un jour, le Prophète (psl) qui accomplissait sa prière, al-Hassan et al-Hussayn se bousculaient sur son dos, en ces moments de recueillement les gens vinrent les éloigner, mais celui-ci leur dit:

«Laissez-les... Par mon père et ma mère, celui qui m'aime, doit les aimer aussi».

Ou encore cette autre métaphore révélatrice et on ne peut plus claire, utilisée par le Prophète (psl) pour mettre en évidence la position prédestinée d'al-Hussayn (p) auprès de Dieu:

«Celui qui se réjouirait de voir un homme destiné au Paradis, qu'il regarde al-Hussayn».

Ainsi, le Prophète (psl) a pris soin de faire connaître aux Musulmans le martyre qui attendait al-Hussayn(p), dès son enfance et de désigner sa position privilégiée dans la Ummah, pour que celle-ci ne pardonne jamais à quiconque aurait le malheur de devenir parmi les assassins de son bien-aimé.

 Malgré toutes les tentatives perfides des Omeyyades de justifier l'assassinat d'al-Hussayn (p) et de déformer la noble cause pour laquelle il se battait, l'attachement des Musulmans au petit-fils du Prophète alla grandissant après son martyre. Car, comment auraient-ils pu se détacher de lui, s'ils voulaient rester attachés au Message de leur religion, alors qu'ils savaient que ce martyr faisait partie des Ahl-ul-Bayt (la famille du Prophète) que le Coran leur ordonnait d'aimer:

«Dis: " Je ne vous demande aucun salaire pour cela, si ce n'est votre affection envers les proches". A celui qui accomplit une telle action, nous répondrons par quelque chose de plus beau encore». (Coran, XLII, 23);

Selon al-Samhoudi (et selon Anas cité par Ahmad ibn Hanbal) :

"Le Prophète venait chaque matin à la porte de Ali, Fatima al-Hassan et al-Hussayn, et, tenant les deux poteaux (de la porte), il s'écriait trois fois "A la prière, à la prière, à la prière", et de réciter ce verset coranique : "Ô vous les Gens de la Maison (Ahl al-Bayt) : Dieu veut éloigner de vous la souillure et vous purifier totalement". (Coran, XXXIII, 33) et qu'il associe au Prophète (psl):

«Si quelqu'un te contredit après que te soit venu en fait de science, dit: "Venez! Appelons nos fils et vos fils, nos femmes et vos femmes, nos propres personnes et les vôtres, puis nous proférerons alors une exécration réciproque en appelant une malédiction de Dieu sur les menteurs"». (Coran, III, 61) 

Ibn Sâbit, cité par Ahmad ibn Hanbal, témoigne : "Al-Husayn Ibn ‘Ali (p) entra un jour dans la mosquée. Jabir Ibn Abdullah dit alors : "Celui qui aimerait voir le maître de la jeunesse du Paradis, qu'il regarde celui-ci (al-Hussayn). C'est ce que j'ai entendu du Prophète (psl)".

Le Prophète (psl) fut le premier à pleurer du martyre d'al-Hussayn(p)

L'Imam ‘Ali (p), cité par Ahmad ibn Hanbal a raconté :

"Un jour, en entrant chez le Messager de Dieu, j'ai vu que ses yeux débordaient de larmes. Aussi lui demandai-je : « Qu'est-ce qui te fait pleurer Ô Messager de Dieu ? » « -L’Ange Gabriel, dit-il, vient de me quitter. I1 m'a informé qu'al-Hussayn serait tué près de l'Euphrate. Puis me demanda, , « veux-tu sentir la terre où il sera tué» ? Il tendit sa main, ramassa une poignée de terre et me la donna. Je n'ai pu alors empêcher mes yeux de déborder de larmes". Cité par Ibn Kathir

Les larmes d'al-Hussayn fendaient le cœur du Prophète

Lorsque le Prophète entendait al-Hassan ou al-Hussayn pleurer, il disait à sa fille Fátima (pse):

«  Pourquoi cet enfant pleure-t-il ? Ne sais-tu pas que ses pleurs me font       mal ? »

Cité par Abbas Mahmoud al-Aqqad

Le Prophète et al-Husayn (pse) : Deux êtres d'une même essence

Soutenir al-Hussayn (p) est un devoir

Le père de Ach`ath Ibn Samih a dit : "J'ai entendu le Messager de Dieu (psl) dire : "Mon fils c'est-à-dire al-Hussayn - sera assassiné sur une terre dénommée Karbala'. Quiconque l'y verra, qu'il le soutienne". Cité par Ibn Kathir

« Il y a pour toi une demeure auprès de Dieu que tu ne peux atteindre que par le martyre », lui avait dit son grand-père, le Messager de Dieu (psl).

Al-Hussayn : critère de la fidélité au Prophète

Abou Hurayrah, cité par Ahmad ibn Hanbal témoigne : "Le Prophète, (psl) regardant al-Hassan, al-Husayn et Fatima (leur mère (pse)), dit : Je serai en guerre contre quiconque aura été en guerre contre vous et en paix avec quiconque aura été en paix avec vous". Cité par Ibn Kathir

Ahmad ibn Hanbal rapporte le témoignage suivant d'Abi Hurayrah : "Le saint Prophète (psl) a dit : "Celui qui aime al-Hassan et al-Hussayn, m'aura aimé, et celui qui les déteste m'aura détesté". Cité par Ibn Kathir